Du port d'Alat au port d'Aktau,

Le bateau mystère...

Azerbaidjan5

Arrivés près du port d’Alat, nous sommes arrêtés par un checkpoint, la sécurité nous demande nos passeports et vérifie nos bagages, ils sont plutôt sympathiques et écrivent un petit mot sur la moto de Mathilde. Une fois à l’intérieur nous allons directement près des bungalows qui vendent les tickets. Comme d’habitude il faut jongler entre les guichets... Dans un premier temps il faut aller au « ticket office » pour acheter les billets, on ne vous les donne pas tout de suite on vous donne juste un reçu. Concernant le prix, c’est 110 dollars par moto et 80 dollars par personne pour une cabine deux personnes, soit un total de 380 dollars pour la traversée, repas compris. Il y a un distributeur près du « ticket office » où l’on peut retirer des dollars ou des manats, ainsi qu’un bureau change. Ensuite il faut aller à la « douane custom » pour s’enregistrer, mais si vous vous enregistrez, vous et votre véhicule, vous ne pouvez plus ressortir du port ! Du coup on nous dit de retourner au « ticket office » pour obtenir les vrais billets et pas juste le reçu, comme ça si nous voulons, nous pouvons ressortir et revenir quand le bateau sera là, bon d’accord… Le gars qui s’occupe des billets râle, il n’est pas trop motivé mais finit par nous les donner, dessus il y a le nom du bateau, Mercury 1. Avant notre arrivée au port, nous avions obtenu des informations de la part de deux motards Suisses qui avaient pris le bateau quelques semaines avant nous. Ils nous avaient donné le numéro de téléphone d’un certain Babak à joindre pour savoir quand le bateau arrive. Du coup on l’appelle de suite, mais il s’avère que le numéro que l’on a n’est pas le bon, puisque Babak est tout simplement le monsieur qui vient de nous vendre nos tickets…! Bref nous ne comprenons pas tout, mais le Babak en chair et en os nous dit que notre bateau sera là demain matin 5h ! Génial nous qui pensions poireauter là une semaine ! Du coup la question qui se pose est ; Est-ce-que nous allons chercher un hôtel pour revenir demain matin 5h ? Finalement Rachid le vendeur du « bungalow supérette » du port nous dit que nous pouvons rester là, manger, dormir sur une des tables. La nuit ne fut pas extraordinaire mais à 5h pétante nous sommes réveillés près pour l’embarquement. En fait il n’y a que nous qui sommes debout même le bateau n’est pas encore là ! Nous retournons dans la cabane à Rachid pour patienter, finalement le bateau n’arrivera qu’à 9h. Ce n’est pas pour autant que nous embarquerons, nous patientons encore et encore mais rien ne se passe. Nous en profitons pour nous enregistrer définitivement. Dans l’après-midi nous voyons un autre touriste arriver avec son sac à dos. C’est Quentin le guitariste qui vient nous tenir compagnie et par la même occasion prendre le bateau. ^^ Il a acheté son billet à Bakou et on lui a dit de venir au port d’Alat pour 14h. Comme quoi les infos diffèrent d'une personne à l'autre !

Azerbaidjan1

Azerbaidjan2

Finalement nous n’embarquerons pas avant 1h du matin, car les motards passent après tout le monde c'est à dire les piétons et la trentaine de camions. Une fois les motos sanglées dans l’entrailles du bateau, nous découvrons notre cabine, nous sommes plutôt agréablement surpris, il y a une douche et un WC, un lit superposé assez confortable, une banquette, une table et un hublot ! Rien à voir avec tout ce que l’on avait pu lire sur internet !

Azerbaidjan6

Nous nous endormons sans voir le bateau partir exténués par l’attente au port. Le lendemain nous sommes réveillé par le bruit de l'encre jetées à la mer, nous regardons par la fenêtre et nous comprenons que nous sommes arrêtés à une dizaine de kilomètres du port de Bakou.

Azerbaidjan3Azerbaidjan4

 

Nous allons rester là un jour et une nuit sans bouger, il y a du vent et quelques vagues, nous pensons que c’est pour ça que nous ne partons pas… La vie sur le bateau est très timée et répétitive surtout lorsqu’on entend l’appel pour les repas, on se croirait un peu en prison. De plus, les camionneurs ont des carrures plutôt impressionnante, mais ils sont tous sympa, ils doivent se demander ce qu’on fout là ! ^^ Le jour d’après nous redémarrons vers 9h du matin, ça y est la traversée commence vraiment ! Dans l’après-midi nous nous faisons inviter dans l’une des cabines d’un camionneur, ils nous font boire de la vodka, Quentin leur joue quelques morceaux de guitare, le temps passe plus vite comme ça ! ^^ Nous finirons par arriver le lendemain matin vers 9h au port d’Aktau, au final nous avons passé plus de 50h sur ce foutu bateau !

Azerbaidjan8

La galère n’est pas terminée il faut encore passer les douanes Kazakhes pour sortir du port… Le bateau s'arrête, nous voyons monter trois militaires avec un chien, nous sommes tous réunit au même endroit, le chien nous tourne autour, ça donne l’impression d’être des trafiquants ! Une fois à l’extérieur du bateau nous montons dans une petite camionnette qui nous emmène à la douane, c’est le même cirque que d’habitude, tamponner les passeports, attendre, retourner chercher les motos, acheter une assurance à 50 dollars par moto, remplir des papiers, attendre, payer 25 dollars pour on ne sait pas quoi mais sinon on ne vous laisse pas sortir… Bref nous quittons la douane vers 13h bien content que ça soit terminé !